Les soins qui changent votre quotidien

Les pellicules

Les pellicules sont aux cheveux ce que sont les squames à la peau. C’est une affection très fréquente, puisque 50% de la population développe des pellicules dans les cheveux. (1) Elles se manifestent sous forme d’amas de cellules mortes ou squames, de couleurs blanches plus ou moins adhérentes aux cheveux. Il s’agit d’une affection sans gravité, bénigne mais particulièrement affichante et pouvant être difficile à vivre au quotidien.

Ce dossier thématique a pour but de répondre à l’ensemble des questions que vous pouvez vous poser sur les pellicules : qu’est-ce que c’est ? Quelle sont leurs origines ? Comment les prendre en charge ? Que faire ? Quels gestes adopter au quotidien ?

Les pellicules, qu’est que c’est ?

Les pellicules sont dues à un renouvellement cellulaire accéléré. Les cellules de l’épiderme, la couche la plus superficielle du cuir chevelu, se multiplient trop rapidement et ne laissent pas le temps aux cellules mortes de s’éliminer au fur et à mesure. Elles s’agglutinent donc à la surface du cuir chevelu et forment ce que l’on appelle des pellicules.

Les pellicules peuvent se loger dans tous les endroits du corps où il y a des poils. On retrouve surtout les pellicules sur les cheveux mais il est possible d’en observer également sur la barbe ou sur les sourcils.

Quelles sont les causes des pellicules ?

Les pellicules sont dues à de multiples causes et facteurs. 3 phénomènes bien distincts ont été identifiés et permettent de comprendre d’où viennent les pellicules.
  • Une sensibilité particulière et individuelle du cuir chevelu favorisant le développement de pellicules chez certaines personnes.
  • Un dysfonctionnement de la sécrétion de sébum par les glandes sébacées : soit produit en excès, soit en trop faible quantité
  • Le développement des levures du genre Malassezia, qui vivent naturellement à la surface de la peau. Dans certaines conditions, notamment en présence de sébum, elles peuvent proliférer et entrainer une inflammation et une accélération du renouvellement cellulaire.
Au-delà des mécanismes à l’origine de leur développement, de nombreux facteurs peuvent déclencher et entretenir une phase de poussée de pellicules : notamment le stress, une mauvaise hygiène de vie, l’utilisation de produits inadaptés, le stress, le port de casque ou casquette… Autant de facteurs pas toujours faciles à maitriser et qui peuvent expliquer pourquoi les pellicules reviennent malgré des traitements très efficaces.

Différents types de pellicules

Il existe de nombreuses solutions en officine pour traiter les pellicules. Pour mettre en place le traitement le plus adapté, il est important de comprendre ce que sont les pellicules et d’identifier le type de pellicules qui atteint le cuir chevelu.
On distingue deux types de pellicules dans les cheveux : les pellicules grasses et les pellicules sèches.

Les pellicules sèches

Les pellicules sèches se développent sur un cuir chevelu sec. Lorsque le cuir chevelu est sec, il est déshydraté et irrité. Le cuir chevelu peut alors provoquer des démangeaisons, des rougeurs et induire une desquamation à l’origine des pellicules. Les pellicules sèches sont facilement reconnaissables. Elles sont petites, blanches, volatiles et peuvent se retrouver sur les habits en aspect floconneux.

Les pellicules grasses

Les pellicules grasses se développent sur un cuir chevelu gras. L’excès de sébum en surface favorisera le développement des levures du genre Malassezia qui peuvent induire une inflammation et une accélération du renouvellement cellulaire. Les pellicules grasses sont plus grosses, démangent dans la plupart des cas, adhèrent aux cheveux et se regroupent sous forme de plaques. On les retrouve plus rarement que les pellicules sèches sur les vêtements.

Lorsque qu’il y a beaucoup de pellicules grasses et des démangeaisons intenses, il s’agit d’un état pelliculaire sévère, aussi appelé dermite ou dermatite séborrhéique du cuir chevelu. La dermite séborrhéique est une pathologie qui touche en moyenne 3% de la population et qui la plupart du temps touche également le visage (1). Elle se caractérise par des squames plutôt jaunes (dû à l’excès de sébum) et des plaques rouges. Cette pathologie cutanée est sans gravité mais chronique et nécessite une consultation chez le dermatologue pour une prise en charge adaptée.

Comment éliminer les pellicules ?

Il existe en officine tout un arsenal de soins et de shampooings permettant d’éliminer les pellicules.
Les traitements sont très efficaces et permettent de lutter contre les pellicules. Cependant, aucun traitement, à ce jour, ne permet de guérir définitivement des pellicules. C’est pourquoi, elles peuvent revenir régulièrement par phase de poussées. Les shampooings traitants s’utilisent en phase de poussée, mais également par la suite, en phase d’entretien afin de maintenir les effets dans le temps et d’éviter une rechute. Cela implique donc d’intégrer dans sa routine de soin son shampoing en phase d’entretien.

Des shampooings antipelliculaires

L’utilisation d’un shampooing traitant est la prise en charge classique des pellicules des cheveux.
Le choix du shampooing se fera en fonction du type de pellicules.
  • Les shampooings pour pellicules grasses agiront sur une ou plusieurs des causes des pellicules avec un actif antifongique pour lutter contre la prolifération des levures, un actif kératolytique (agit en décollant et éliminant les cellules mortes) pour éliminer les pellicules, le plus souvent un actif anti-inflammatoire pour limiter les rougeurs et démangeaisons et un actif permettant d’absorber l’excès de sébum en surface
  • Les shampooings pour pellicules sèches, auront le plus souvent une action kératolytique, apaisante parfois une action antifongique pour diminuer les levures à la surface et apporteront l’hydratation nécessaire au cuir chevelu sec et irrité.

Les shampooings s’utilisent en deux temps.
  1. Tout d’abord une phase d’attaque, dont le but est de traiter et réduire les pellicules. Il s’applique plusieurs fois par semaine.
  2. Puis une phase d’entretien, dont le but est d’éviter les récidives précoces. La fréquence d’application est dans ce cas diminuée et alternée avec des shampooings doux.
En cas de doute n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou pharmacien, il vous aidera à choisir le traitement le plus adapté.

Vivre au quotidien avec des pellicules

Vivre au quotidien avec des pellicules peut impacter fortement la qualité de vie. Les pellicules peuvent suggérer un défaut d’hygiène alors qu’il n’y a évidemment aucun lien.

Cela peut devenir une préoccupation de tous les instants, impacter ses choix vestimentaires, ses interactions sociales, son estime de soi, c’est pourquoi il est important de les prendre en charge.

N’hésitez pas échanger avec les professionnels de santé qui vous entourent, ils vous diront que faire lorsque l’on a des pellicules. Il existe de nombreux traitements et astuces au quotidien qui permettent de prendre en charge votre état pelliculaire.

 (1) https://dermato-info.fr/, société française de dermatologie

Nos routines de soin

 
Ma routine anti-pellicules sèches

​Action sur les pellicules non collantes : effet "poudre blanche" sur les épaules

Voir cette routine > Ma routine anti-pellicules sèches > Voir ma routine >

 
Ma routine anti-pellicules grasses

Action sur les pellicules collantes et sur le cuir chevelu gras

Voir cette routine > Ma routine anti-pellicules grasses > Voir ma routine >
Voir toutes les routines de soin >