DEXYANE MeD Crème réparatrice apaisante

Dispositif médical

Apaise - Répare - Traite les lésions d'eczéma

Un dispositif médical qui traite les lésions d'eczéma atopique, de contact et chronique et limite leur réapparition.

Traite les lésions d’eczéma et limite leur réapparition.

Traite et limite la réapparition des lésions d’eczéma. Testé sous contrôle dermatologique.

Tube

Utilisable par Bébés - Enfants - Adolescents - Adultes

Âge À partir de 3 mois

Adapté Corps - visage - mains

Type de peau Peau sèche à tendance à l'eczéma atopique - Eczéma

Besoin Anti-eczéma

Fabriqué en France

Application

Fréquence d’usage

1 à 2 fois par jour

• Appliquer directement sur les lésions inflammatoires d’eczémas
• A utiliser seul ou en association avec les dermo-corticoïdes
• Ne pas utiliser si vous êtes allergique à l’un des composants
• En cas de réactions allergiques consulter un médecin
• Eviter tout contact avec les yeux afin de prévenir toute irritation
• En cas de contact avec les yeux, rincer immédiatement à l’eau claire
• Si une irritation oculaire persiste consulter un médecin
• Ne pas utiliser sur la femme enceinte ou allaitante
• Tenir éloigné de la portée des enfants
• Ne pas utiliser sur la zone du siège des enfants porteurs de couches ni sur les muqueuses
• Ne pas dépasser 30% de la surface du corps
• Bien refermer le tube après utilisation
• En cas d’effets indésirables liés à l’utilisation du produit consulter un médecin

Résultats

Apaise les démangeaisons et diminue l'intensité des signes de l'inflammation.
Amélioration significative des signes cliniques dès 3 jours d'application de DEXYANE MeD en association aux dermocorticoïdes¹

¹Résultat d’une étude clinique comparative réalisée sur 54 adultes de 18-63 ans présentant une dermatite atopique modérée à sévère au niveau des bras ou des creux poplités, 2 applications par jour en association avec un dermocorticoïde et dermocorticoïde seul pendant 10 jours, cotation du score de sévérité clinique de 0 à 18 après 3 jours d’application, incluant divers signes cliniques dont le prurit. Etude PFDC RV442A2013147-V1-04/03/2016 ; 91-92.

Afficher les sources Masquer les sources
Retour en haut