Cancer et chute de cheveux

La perte des cheveux est un des effets secondaires fréquents des traitements utilisés pour lutter contre les différents cancers. Au-delà de la maladie, l’impact psychologique de cette chute de cheveux est parfois important et à l’origine de crainte ou de détresse chez les personnes concernées. Des gestes simples et des soins adaptés peuvent être appliqués pour accompagner au mieux la chute puis la repousse des cheveux.

DU_HOME-PAGE_VISUEL-DERMATOLOGIST_BASE_HEADER 960x584

Sommaire

Pourquoi perd-on ses cheveux pendant un cancer ?

Cancer et perte de cheveux : l’effet indésirable le plus redouté par les patients. En effet, les différents traitements prescrits pour lutter contre le cancer ont souvent un impact sur les cheveux : 

  • La chimiothérapie :  l’objectif de ce traitement est de détruire les cellules cancéreuses qui ont la particularité de se multiplier très rapidement. C’est malheureusement une particularité qu’elles partagent avec les cellules du follicule pileux qui sont également détruites par médicaments utilisés. Cela déclenche l’arrêt brutal de la phase de croissance des cheveux (phase anagène), puis une chute de cheveux rapide sur la majeure partie du cuir chevelu : c'est ce que l'on appelle un effluvium anagène. L‘importance de la chute s’explique par le fait que car 80% des cheveux du cuir chevelu sont en phase de croissance et sont donc touchés en même temps par le traitement. La perte de cheveux sous chimiothérapie débute en général 1 à 3 semaines après la première séance, puis évolue vers une alopécie totale après 1 ou 2 mois. Elle s’accompagne parfois d’une hypersensibilité du cuir chevelu, avec démangeaisons ou picotements au moment de la chute. Le même phénomène de chute s'observe aussi au niveau des cils et des sourcils, peu après les cheveux. A l’arrêt des séances de chimiothérapie, la chute est réversible et les cheveux repousseront dans les 6 mois pour la plupart des patients, parfois avec une texture différente. Il est important de noter que la survenue et l’intensité de la chute dépendent des molécules de chimiothérapies utilisées et des doses administrées.
  • La radiothérapie : son principe consiste à irradier les cellules cancéreuses. Lorsque l’irradiation se fait au niveau de la tête et du cou, une chute de cheveux après la radiothérapie peut être un effet secondaire courant. La quantité de cheveux perdus et leur repousse dépendent de la superficie irradiée et de la dose reçue. Les petites doses de radiation sont habituellement associées à une chute ponctuelle des cheveux. Des doses plus élevées peuvent par contre conduire à une alopécie permanente.
  • L’hormonothérapie : l’objectif de ce traitement est d’agir sur les hormones afin de ralentir ou de stopper la croissance des cellules cancéreuses justement sensibles à ces hormones. Le cycle de vie du cheveu étant sous l’influence des variations hormonales, certains traitements utilisés induisent ou aggravent des alopécies type alopécie androgénétique. L’hormonothérapie n’est prescrite que pour certains types de cancer (ex. sein et prostate)
  • Les thérapies ciblées et immunothérapies : ces traitements innovants ont des mécanismes d’action plus complexes et plus ciblés mais certaines molécules peuvent également être responsables de chutes de cheveux.

Que faire pour surmonter la chute de cheveux due au cancer ?

Au-delà du diagnostic et des symptômes du cancer, la chute de cheveux est souvent difficile à vivre. Elle touche à l’image de soi, atteint la féminité des femmes, rend visible la maladie pour les autres et est aussi un rappel constant et quotidien de sa présence. Des gestes simples peuvent être mis en place au quotidien pour mieux appréhender cette épreuve et accompagner la perte des cheveux lors d’un cancer :

  • Laver ses cheveux en douceur. Il est en effet préférable d’utiliser des shampooings doux, adaptés aux cheveux fragiles dès le début des traitements. Un shampooing antichute pourra être utilisé en accompagnement de la repousse. Dans le cadre d’une chimiothérapie, il est conseillé de se laver les cheveux la veille de la séance, puis ne plus les laver pendant trois à sept jours après.
  • Eviter les agressions. Il est important de ne pas agresser davantage les cheveux et le cuir chevelu déjà fragilisés par les traitements : sécher les cheveux sans les frotter trop énergiquement ou éviter les sèche-cheveux, fers à lisser ou à friser, les colorations, les permanentes et bigoudis…  
  • Prendre soin de son cuir chevelu. Lorsque les cheveux sont tombés, il est primordial de protéger le cuir chevelu mis à nu des agressions extérieures (protection contre le soleil, la pollution, le froid, le vent...). L’application quotidienne d’une crème, lotion ou sérum hydratant permet d’apaiser également l’hypersensibilité du cuir chevelu qui accompagne souvent la chute.
  • Entretenir et adapter sa coiffure. Limiter les tressages ainsi que l'utilisation des accessoires agressifs pour les cheveux (barrettes, pinces, élastiques...). Ne pas hésiter à également consulter une socio-esthéticienne, spécifiquement formée pour vous aider avec la perte de cheveux liée au cancer et le port de foulard, perruque, maquillage des sourcils...
  • Stimuler la repousse. Après la fin des traitements, l’application d’une lotion antichute stimulante et la prise d’un complément alimentaire peuvent être associés pour stimuler la repousse et apporter les nutriments nécessaires à des cheveux en bonne santé.
Retour en haut