Perte de cheveux après une chimiothérapie

La perte de cheveux due à une chimiothérapie est l'un des effets secondaires que les patients redoutent le plus après un diagnostic de cancer. Cet effet indésirable est malheureusement très fréquent et provoque une alopécie souvent totale. Des solutions existent pour faire face à cette étape difficile du traitement.

DU_HOME-PAGE_VISUEL-DERMATOLOGIST_BASE_HEADER 960x584

Sommaire

Toutes les chimiothérapies provoquent-elles une perte de cheveux ? 

La perte de cheveux pendant un cancer est souvent la conséquence d’un traitement par chimiothérapie.

Les molécules de chimiothérapie sont des médicaments puissants qui détruisent les cellules cancéreuses à multiplication rapide. Malheureusement, ces médicaments touchent aussi d'autres cellules de l'organisme à croissance rapide, et notamment les cellules du follicule pileux responsables de la formation des cheveux.

La chimiothérapie déclenche un arrêt brutal de la phase de croissance des cheveux (phase anagène), puis une chute rapide sur la majeure partie du cuir chevelu : c'est ce que l'on appelle un effluvium anagène. La perte de cheveux sous chimiothérapie débute en général 1 à 3 semaines après la première séance.

La chimiothérapie peut entraîner une perte de cheveux sur tout le corps, et pas seulement sur le cuir chevelu. Parfois, les poils des cils, des sourcils, des aisselles et d'autres parties du corps tombent également.
La sévérité de l’alopécie induite par la chimiothérapie dépend de différents paramètres :

  • la ou les molécules utilisées ; certains médicaments de chimiothérapie sont plus susceptibles que d'autres de provoquer une chute des cheveux ;
  • des doses utilisées ; en fonction des doses utilisées, la perte de cheveux peut être plus ou moins sévère.

Heureusement, la plupart du temps, la perte de cheveux due à la chimiothérapie est ponctuelle et réversible. Après la dernière séance de chimiothérapie, les cheveux repoussent généralement en 3 à 6 mois. Dans certains cas, ils peuvent temporairement avoir une teinte ou une texture différente.

Pour certains types de cancer, la chimiothérapie peut être associée à une radiothérapie de la tête et du cou. La chute de cheveux causée par la radiothérapie est une chute différente qui peut s’ajouter à la perte de cheveux de la chimiothérapie.

La perte de cheveux est-elle inévitable ?

La perte de cheveux liée à une chimiothérapie est difficilement évitable car elle est liée à l’effet recherché du traitement : arrêter la prolifération des cellules qui se multiplient rapidement. En fonction de la ou des molécules utilisées pour le traitement, l'alopécie de la chimiothérapie sera par contre plus ou moins sévère : elle peut aller d’un simple éclaircissement à une calvitie complète.

Les cheveux commencent généralement à tomber 2 à 4 semaines après le début du traitement. Ils peuvent tomber très rapidement par poignées ou progressivement. La chute de cheveux peut s’accompagner d’une augmentation de la sensibilité du cuir chevelu.
La perte de cheveux due à la chimiothérapie se poursuivra tout au long du traitement et jusqu'à quelques semaines après. Il faut parfois plusieurs semaines après le traitement pour que les cheveux recommencent à pousser.

Que faire face à la perte de cheveux pendant une chimiothérapie ? 

Il n'existe pas de traitement qui permettent d’éviter la chute de cheveux de la chimiothérapie. Plusieurs traitements ont été étudiés pour prévenir la perte des cheveux, mais aucun ne s'est avéré réellement efficace à 100%. Ils peuvent toutefois réduire la sévérité de la chute de cheveux, comme le casque réfrigérant : un casque froid est placé sur la tête pendant les perfusions de chimiothérapie pour ralentir le flux sanguin vers le cuir chevelu et réduire ainsi l’action des molécules de chimiothérapie sur les follicules pileux. Cette technique assez inconfortable a fait ses preuves chez certains patients.
Pendant toute la période de traitement par chimiothérapie, il est important de prendre soin de son cuir chevelu et de ses cheveux :

  • Laver les cheveux en douceur. Il est en effet préférable d’utiliser des shampooings doux, adaptés aux cheveux fragiles dès le début des traitements. L’application se fera en réalisant un léger massage du cuir chevelu avec la pulpe des doigts. Il est conseillé de se laver les cheveux la veille d’une séance de chimiothérapie, et d’attendre 3 à 7 jours après cette séance pour les relaver.
  • Eviter les agressions. Il est important de ne pas agresser davantage les cheveux et le cuir chevelu déjà fragilisés par les traitements : sécher les cheveux sans les frotter trop énergiquement ou éviter les sèche-cheveux, fers à lisser ou à friser, les colorations, les permanentes et bigoudis…  

Prendre soin du cuir chevelu. Lorsque les cheveux sont tombés, il est primordial de protéger le cuir chevelu mis à nu des agressions extérieures (soleil, pollution, froid, vent...). Comme pour le visage, il est possible d’appliquer une crème solaire en cas d’exposition et un soin hydratant au quotidien. Cela permettra d’apaiser les démangeaisons qui peuvent accompagner le port de perruque, de turban ou de foulard.

Comment faciliter la repousse des cheveux après la chimiothérapie ? 

Après la fin des traitements, des solutions cosmétiques existent pour stimuler la repousse des cheveux :

  • L’utilisation d’un shampooing antichute aux propriétés fortifiantes ;
  • L’application d’une lotion antichute stimulante, à appliquer de préférence en réalisant un massage du cuir chevelu du bout des doigts pour activer en même temps la circulation sanguine et favoriser la pénétration des actifs de la lotion ;
  • La prise d’un complément alimentaire pour apporter les nutriments nécessaires à la repousse des cheveux en bonne santé.

Il ne faut surtout pas hésiter à demander conseil auprès de l’équipe de soins et à se tourner vers une socio-esthéticienne pour obtenir tous les conseils utiles et surmonter cette étape difficile.

Retour en haut