Les soins qui changent votre quotidien

Les symptômes de l’eczéma : démangeaison, plaques...

Quel que soit le type d’eczéma, sa localisation ou encore l’âge de la personne, une crise d’eczéma se présente toujours à peu près de la même façon. Découvrons ensemble les principaux symptômes d'une crise d'eczéma.

Plaques rouges (érythème, eczéma qui pique, eczéma qui brûle)

L’eczéma est une maladie inflammatoire, marquée par des plaques rouges, parfois gonflées, et mal délimitées, c’est-à-dire que leurs bords ne sont pas nets, un peu comme si un enfant avait colorié sans tenir compte des contours de son dessin. Ces plaques sont associées à une sensation de chaleur et à des douleurs prenant la forme de picotements et de démangeaisons. La peau touchée par l’eczéma est particulièrement inconfortable : ça brûle, ça pique, ça gratte.

En cas d’eczéma aigu, la peau est souvent très inflammatoire et peut même suinter suite à la rupture des petites vésicules constitutive de la plaque d’eczéma. En cas d’eczéma chronique, c’est l’inverse : la peau s’épaissit et devient très rugueuse au toucher. 

Démangeaisons

Les démangeaisons liées à l’eczéma sont incontournables. Lorsque l’on cède à ses démangeaisons et que l’on ne parvient pas à les maitriser, cela conduit inévitablement au grattage des plaques. D’ailleurs, on représente souvent une personne atteinte d’eczéma en train de se gratter.

Les démangeaisons touchent tout le monde, y compris les plus jeunes : un bébé atteint d’eczéma se gratte à sa manière, en frottant sa peau contre les draps et en gigotant dans son berceau. Le sommeil de l’enfant et de ses parents est souvent très perturbé.

Peau sèche (xérose)

En cas d’eczéma, la peau est sèche, on parle aussi de xérose. Cette sécheresse cutanée est souvent le « parent pauvre » de l’eczéma, c’est un symptôme que l’on a tendance à sous-estimer et à négliger. Pourtant, la xérose due à l’eczéma est source d’inconfort. Elle provoque des démangeaisons, certes un peu moins puissantes que celles induites par les plaques d’eczéma, mais suffisantes pour déclencher un réflexe de grattage et donc une poussée d’eczéma sur cette peau sèche et fragile. Il est donc essentiel de l’hydrater quotidiennement, à l’aide d’une crème hydratante adaptée, appelée un émollient.

​A retenir

On se retrouve face à une trilogie de symptômes : plaques rouges + démangeaisons + peau sèche. Mais les symptômes sont plus ou moins intenses en fonction des personnes. Par exemple, un bébé de quelques mois atteint d’eczéma a souvent la peau moins sèche qu’un enfant âgé de 3 ou 4 ans. De même, le bébé présente des plaques souvent très inflammatoires et plutôt suintantes, tandis que l’enfant plus grand et l’adulte souffre d’un eczéma plus chronique et épaissi.

D’autres symptômes peuvent être associés à l’eczéma mais sans que cela soit systématique : par exemple, certains enfants atopiques présentent un pli spécifique sous les yeux qui est fortement associé à l’eczéma ; en cas de surinfection des lésions, une légère fièvre peut apparaitre.

Sur le plan psychologique, une crise d’eczéma, quel que soit son niveau de sévérité, peut rendre irritable et de mauvaise humeur et peut aussi retentir sur la qualité de vie de la famille, notamment quand la qualité du sommeil est impactée par les crises d’eczéma. 

Les symptômes aident le médecin à confirmer qu’il s’agit bien d’eczéma. Mais si la consultation a lieu en dehors d’une poussée, peu ou pas de signe d’eczéma à l’horizon ! L’interrogatoire, les antécédents personnels et familiaux, associés à l’examen minutieux de la peau, permettent d’y voir plus clair et de poser le diagnostic.

En l’absence de traitement, les plaques disparaissent spontanément sous l’action de mécanismes immunitaires de régulation et sans cicatrice. Mais le grattage des lésions et la présence de facteurs aggravants comme le froid, le vent, la transpiration… entretiennent le phénomène inflammatoire et empêchent la peau de guérir toute seule. En parallèle, le grattage augmente le risque de surinfection et de cicatrice, et altère fortement la qualité de vie. Il est donc primordial de se traiter à l’aide de dermocorticoïdes et d’émollients.

En général, une crise d’eczéma correctement traitée dure quelques jours seulement, parfois plus d’une semaine pour certaines plaques, notamment lorsque l’eczéma est chronique et épaissi, donc plus difficile à traiter.  Plus vite le traitement est démarré tôt, c’est-à-dire dès les premières rougeurs et démangeaisons, plus vite le traitement sera efficace rapidement et donc finalement de courte durée.

A chaque symptôme sa solution : 
  • Sur les plaques rouges : j’applique un dermocorticoïde pour lutter contre l’inflammation. Je peux l’associer à un dispositif médical pour accélérer la résolution de la poussée ;
  • Sur la peau sèche : j’applique un émollient pour assouplir et renforcer ma peau ;
  • Sur la peau qui démange : j’applique du froid pour éviter de me gratter et d’aggraver la crise d’eczéma.

Nos routines de soin

Ma routine
Eczéma de contact, Visage et corps

Action sur les peaux très sèches sujettes à l'eczéma de contact

Voir cette routine > Eczéma de contact, Visage et corps > Voir ma routine >

Ma routine
Eczéma chronique des mains

Action sur l'eczéma chronique des mains

Voir cette routine > Eczéma chronique des mains > Voir ma routine >
Voir toutes les routines de soin >